Les smartphones vont pouvoir cicatriser et se régénérer

Qui n’a pas été confronté à cela ? Votre smartphone qui vous échappe des mains ou qui tombe de votre poche et l’écran se fissure. Le prix des réparations est souvent très onéreux, surtout avec les derniers modèles de smartphones sur le marché. Et si tout cela devenait bientôt obsolète avec l’arrivé d’une toute nouvelle technologie ?

Un écran flexible qui se régénère comme la peau humaine

Utopique ? Sorti tout droit d’un film de science-fiction ? Plus maintenant. Alors que les premiers comparatifs de smartphone pliable et tests sont en train d’arriver en masse pour leur sortie prévue cette année, une nouvelle découverte risque de continuer à bousculer le monde de la téléphonie. Elle est en marche pour révolutionner complètement, l’univers des smartphones dans les mois qui arrivent. Même si le LG G Flex possède déjà cette technologie innovante au niveau du boîtier, la pratique n’est pas encore généralisée. Pourtant, Chao Wang, le chercheur qui a créé ce polymère auto-cicatrisant conducteur d’électricité, le voit bien se substituer aux écrans actuels. Selon lui, d’ici trois ans la technologie pourrait être prête à être commercialisée, ce qui n’était mienne pas envisageable il y a encore quelques années.

Comment cela fonctionne ?

Chao Wang est chercheur pour l’Université Riverside, en Californie. Il a imaginé et créé un polymère extensible qui pourrait, en s’étirant, réduire, puis effacer les rayures présentes sur l’écran. Il continue en affirmant que ce polymère, permettrait d’être recousu, pour les écrans totalement fissurés, et ce en une journée. Comme le derme humain, l’écran aurait des propriétés régénératives qui feraient que ces « plaies» seraient à même de disparaître, avec le temps, pour revenir à l’état initial. Le fait de conduire l’électricité (le polymère est couplé avec un sel ionique) serait une avancée majeure, car cela permettrait de le voir s’adapter aux écrans, mais aussi aux batteries des téléphones de type smartphone.

Un polymère qui se perfectionne et s’adapte à son environnement

Le chercheur n’est pas à son coup d’essai, mais il a connu des déceptions par le passé. Ainsi, il a dû revoir le matériau. Les propriétés mécaniques étaient altérées dans des environnements humides. Ce n’est maintenant plus le cas. Chao Wang travaille aussi sur l’élaboration d’un modèle de batterie au lithium, qui fonctionnerait sur le même procédé. Des smartphones qui gagneraient en longévité et qui se répareraient tout-seuls, voilà qui pourrait plaire aux utilisateurs !

Pourtant, même si le chercheur est confiant sur l’attrait de sa découverte et le fait que cela sera bientôt sur le marché, il avoue que tout n’est pas encore opérationnel et demande à être perfectionné pour s’adapter à la vie quotidienne. Il ne s’agit, en effet, pour l’instant, que de tests préliminaires très satisfaisants et qui laissent augurer des smartphones plus résistants à la casse. Le tout est de savoir à quel prix se vendront les modèles qui en seront équipés…

Comments are closed.